PCPILOTE


SITE ARCHIVES DU PROJET PILOTE ET EXPERIMENTAL — JANV 2014 / SEPT 2016 — PHASE 1 DU PCP —

Pôle de Création Partagée → phase 1 pilote → était situé 7 Chemin du Relais → à 44600 Saint-Nazaire → sous l'adresse pcp.saint-nazaire.cc → information
news l présentation l projets l artistes l jardin l facebook l soutiens l liens l contact      l home l          l apo33.org l snalis.org





Les projets et les réalisations

2015 - projet CHANTIERS & ATELIERS MOBILES D'ARTISTES

proposition pour le PCT Projet Culturel de Territoire



(avant-projet sept-oct 2014)


Résumé

La nécessité d'organiser, d'amplifier et d'animer une « présence artistique » (artistes, œuvres, actions) dans le cadre du PCT Projet Culturel de Territoire devient primordiale et essentielle pour les dynamiques artistiques du territoire de l'agglomération nazairienne, dans un contexte actuel complexe et astringent.

La notion de « présence artistique » et de permanence de la création la plus contemporaine, au-delà de la diffusion culturelle, implique des actions de création sur le territoire, dans ses espaces, ses lieux et ses occasions, et une proximité accrue avec l'art présent (ou l'art du présent) : replacer la création au cœur de la perception et de la pratique d'un territoire.
Percevoir et savoir que l'art est permanent sur le territoire et y agit en permanence.


Le territoire nazairien, hinterland

Ce projet répond à l'aspect lacunaire et déséquilibré qui est actuellement remarqué et veut offrir de mettre la création artistique au cœur du territoire en dialogue avec la culture d'innovation et de fabrication déjà présente historiquement et en plein développement. Il s'agit d'engager une orientation d'écologie culturelle et de construction de territoire “des sensibles”. La création artistique aujourd'hui n'est plus dans une catégorisation étanche des pratiques et des formes : de nombreux dialogues sont actifs entre les artistes, entre les arts et avec tous les aspects sociétaux.

La création artistique serait ainsi une plate-forme de tramage et de dynamisme du territoire (vers un patrimoine futur), au travers de transversalités et de pluralités très ouvertes des projets artistiques :

  • proposer un programme d'interactions et de chantiers permettant l'accueil d'artistes. Ce programme pourrait prendre comme levier d'actions et comme intention de projet ce que nous pourrions formuler par : le territoire « œuvre » et « ouvre », « se découvre » et « fait connaissance ».

La Grande BrièreLa Grande Brière
La Grande Brière

Une structuration par des propositions solides et durables, distribuées et mutualisées, et prenant en compte l'envergure du territoire dans toutes ses dimensions, pourront permettre de charpenter tout un faisceau de dynamiques à créer et à soutenir. Ainsi un tramage, à la fois d'initiatives de réalisations de nature plurielle, et de solidification des réseaux artistiques existants, en corrélation avec les dispositifs et équipements déjà construits, permettront d'envisager, de fabriquer et d'activer le territoire comme étant un lieu de création, de production, d'interactions et d'espaces de projets.

Vito Acconci, Security Zone, 1971Vito Acconci, Security Zone, 1971Vito Acconci, Security Zone, 1971
Vito Acconci, Security Zone, 1971

La particularité du projet PCP, Pôle de Création Partagée à Saint-Nazaire, en tant que projet collectifs d'ateliers d'artistes, et même si le projet n'a ouvert que très récemment, permet d'être force de proposition en formulant trois axes de développement :

  1. montrer l'initiative de partages de ressources (écologie culturelle) et l'activer : inventer des modalités d'accès aux ressources au-delà de l'acquisition propre, via les partages, les recyclages et les récupérations des ressources, afin d'accompagner le travail des artistes, afin d'offrir des solutions de continuité à leur travail et de créer des interactions sociales et économiques.

  2. soutenir les dynamismes d'un territoire par la connexion à des réseaux plus grands et le développement de connexions de territoires : réinsérer les dimensions nationale et internationale par des innervations du territoire local, travailler sur des dimensions élargies du territoire (traversé, accueillant, projeté) par la création artistique.

  3. construire un programme de chantiers permanents d'artistes à l'échelle du territoire et mutualisé sur des partenariats : à destination de la jeune création et de projets singuliers artistiques de réalisation, de coopération, de production de formes et d'actions sur le territoire en favorisant l'exploration et l'expérimentation de toute l'envergure et de tous les périmètres du territoire.



Tania Mouraud, Initiation Space n°1, 1970
Tania Mouraud, Initiation Space n°1, 1970

L'intention générale d'un tel projet et de telles propositions énoncés à partir du PCP est de trouver des manières ensemble d'« aller contre le vent » (hors de la consommation culturelle) en proposant des dispositifs mutualisés qui généreront une présence et une permanence artistiques plus grandes qu'elle ne le sont aujourd'hui.

L'opportunité du PCT et sa capacité à porter et réaliser des projets communs apparaissent pour nous comme importantes autant pour notre structuration que celle de tout un territoire auquel nous contribuons déjà et auquel nous voulons apporter nos compétences et nos perspectives — (Lire aussi cet article).



Les Forges de Trignac, aujourd'hui
Les Forges de Trignac, aujourd'hui
Les Forges de Trignac, hier
Les Forges de Trignac, hier

Les Forges de Trignac, hier
Reconstruction en carton des Forges de Trignac, événement public pour le centenaire de Trignac, sept. 2014
Reconstruction en carton des Forges de Trignac, événement public pour le centenaire de Trignac, sept. 2014
lien : http://davidgallard.fr/portfolio/centenaire_trignac/Voir aussi la documentation



En rappel, nous pouvons souligner l'importance essentielle de :

  • > innerver et susciter la création par des actions artistiques qui trament le territoire et font résonner ses potentiels d'innovation, de fabrication et de création;
  • > continuer le désir de création amorcé par les dispositifs éducatifs présents sur le territoire (amateurs, enseignement, ateliers, écoles, etc.) en structurant des dispositifs au niveau du territoire;
  • > consolider les actions existantes, et favoriser l'émergence d'actions imprévues;
  • > articuler le développement d'ateliers d'artistes avec la perception et le vécu du territoire comme lieu d'expérimentation et d'innovation, de production et de réalisation;
  • > privilégier une véritable démarche de projet, partagée, collective, en réseau pour réaliser des actions authentiques et originales de création artistique (tout en travaillant des relations complémentaires avec les domaines de la conservation, de la valorisation, de la formation, de l'aménagement);
  • > construire une politique de création (basée sur la création, en la favorisant, en la sollicitant) pour « créer du nouveau en construisant », et pour « créer de l'inattendu en élaborant », en réalisant et en prenant en charge des actions transversales portées par la création et les créateurs (artistes);
  • > interroger l'avenir, les interstices du présent et les perceptions de l'actuel (prises par nos expériences antérieures et disponibles pour expérimenter ce qui vient);
  • > accueillir des artistes et leur travail (d'apport et de combinaisons de formes et d'actions) vu comme un enrichissement du territoire et des interactions sur et avec celui-ci,
    • > projeté comme une expérimentation du local et une immersion dans des dimensions physiques, fictives et virtuelles,
    • > entrepris comme une collaboration avec les éléments du territoire et les présences des habitants,
    • > et finalement, comme générateur de formes, de réflexions et d'interrogations du territoire;
  • > envisager des formes de « chantiers/résidences/ateliers mobiles » d'artistes, de visites et de présences, comme des formes de « permanences » artistiques et de pépinières d'actions et de créations artistiques (en appuyant sur des rencontres innovantes avec les œuvres et les artistes, sur l'interdisciplinarité de leurs natures et de leurs actions, et sur leur collaboration continue avec l'environnement quel que soit sa nature);
  • > offrir un ajustement entre la fonction des pratiques artistiques en amateur (individuelle, personnelle, collective, épanouissante, etc.) et la nécessité de croiser les problématiques et les recherches, voire l'expérimentation, menées par la création la plus contemporaine, qui creusent et construisent la société et ses débats.



Jacques Demy, Une Chambre en Ville, décor, 1982.
Jacques Demy, Une Chambre en Ville, décor, 1982. Illusion du pont transbordeur.

C'est en soutenant et en développant la création artistique par des projets innovants et fédérateurs (au-delà même de ce que chacun pourrait imaginer) qu'un réel développement des arts (ici plastiques, mais aussi tout ceux qui sont connexes et ouverts à l'interdisciplinarité) pourra devenir cohérent, impliqué et pérenne, en interaction avec le territoire qu'il s'agit de garder ouvert et disponible à tout type d'expériences de création.

Le tumulus de Dissignac

Notre proposition est de substituer et d'associer au terme habituel de « résidence » ceux de « chantier » et de « permanence » (dans le sens d'une permanence artistique, d'une permanence de la présence et de l'action des artistes et des œuvres d'art dans un espace, dans des espaces, dans et sur un territoire).
L'action de « permanences » artistiques (par le biais des chantiers/résidences/ateliers mobiles de projets artistiques et d'équipes d'artistes) est un moyen de favoriser la reconnaissance de la création artistique professionnelle et de connecter avec la dynamique des artistes (présents sur le territoire) qui agissent actuellement par des regroupements (associatifs) pour assurer leur liberté de travail et de visibilité de leurs œuvres (et qui par là même affirment leur place).

Les rapports et les interactions entre la création artistique et le territoire est de l'ordre des spatialités et des temporalités (vécues, imaginées, projetées, etc.) plus que des dimensions géographiques à proprement dit.

Dans ce sens, percevoir le territoire comme des étendues, à la fois physiques et de pensée (les plus vastes possibles), dans lesquelles les actions et les expériences se déplient et se déploient permet de distinguer le monde comme un « commun » (identité et pluralité). Ce qui permet aussi de mobiliser par la création artistique les différentes dimensions de la spatialité :

  • > la spatialité des places (des lieux, des espaces),
  • > la spatialité des positions (des trajectoires, des déplacements, des permanences),
  • > et la spatialité des actions (des échanges, des interactions).



Dennis Oppenheim — Directed Seeding, 1969 Dennis Oppenheim — Directed Harvest, 1968
Dennis Oppenheim — Directed Seeding, 1969 — Directed Harvest, 1968

Nos propositions se fondent sur ces trois énonciations.

Ainsi mettre en place et en action des chantiers artistiques sur le territoire, c'est continuer de le constituer, de le tisser et de l'étendre (dans la perception et dans les expériences par les habitants) en collaborant avec la création artistique et en lui donnant de la place et des échelles d'action, pour générer et accueillir des projets et des œuvres artistiques dans le sens d'une vibration sensible du territoire :

  • Ce qui pourrait créer et construire une ou des présences artistiques sur le territoire : savoir qu'une chose est en train de se faire, de se fabriquer et de s'improviser, qu'elle est permanente (savoir qu'elle agit et continue même lorsqu'on y est pas), et qu'elle est sans doute plus grande que soi ou plus grande que ce que chacun peut imaginer).
  • Finalement nos propositions sont d'« improviser » le territoire et de le rendre inattendu à partir d'un commun construit ensemble, équilibré et durable : la création artistique.



(Régine Fertillet, Jérôme Joy)











Eugène Viollet-le-Duc, projet de restauration du Mont-Blanc, 1879

Viollet-le-duc, Mont-Blanc, ca 1870
Modifications apportées à un sommet
Viollet-le-duc, Mont-Blanc, ca 1870Viollet-le-duc, Mont-Blanc, ca 1870Viollet-le-duc, restauration du Mont-Blanc, ca 1879








Pour continuer, des images et documents historiques sur l'agglomération nazairienne et la région :