PCPILOTE


SITE ARCHIVES DU PROJET PILOTE ET EXPERIMENTAL — JANV 2014 / SEPT 2016 — PHASE 1 DU PCP —

Pôle de Création Partagée → phase 1 pilote → était situé 7 Chemin du Relais → à 44600 Saint-Nazaire → sous l'adresse pcp.saint-nazaire.cc → information
news l présentation l projets l artistes l jardin l facebook l soutiens l liens l contact      l home l          l apo33.org l snalis.org





Les projets et les réalisations

2015 - projet La Caverne des Métaphores / Cinéma



Réalisation de Guillemette et le Picatrix (sept-nov. 2015), troisième film de la série

  • Réalisation : Jean-Louis Vincendeau (PCP)
  • Tournage, prises de vue, montage : Luc Babin (Imediagin)
  • Prise de son : Armand Rolez (PCP / Snalis / Les Espaces Enchevêtrés)
  • Musiques : Jérôme Joy, Sylvie Noel, Mathilde Fernandez
  • Aide au maquillage : Eugénie Noel, Pierre Joubert
  • Logistique : Catherine Gaucher (Association Donner Lieu)
  • Production : PCP, Donner Lieu
  • Partenariats : DRAC Pays de la Loire Arts Plastiques, Conseil Général de Loire-Atlantique
  • acteurs et figurants (artistes du PCP) : Clémence Cortella, Minhee Kim, Jérôme Joy, Ollivier Moreels, Régine Fertillet
  • participants (artistes du PCP, sculptures) : Lionel Houée, Daniel Delissen, Gwladys Alonzo



À partir de sa série de films commencée en 2014, La Caverne des Métaphores, par Jean-Louis Vincendeau, plusieurs propositions de collaboration avec les artistes du PCP s'amorcent pour alimenter et dialoguer avec les scénarios ouverts de Jean-Louis (alla Parajanov, Rohmer, Green et Demy). Dépliant un univers onirique basé sur des rencontres réelles (de personnes, d'habitants, de lieux, d'histoires) et sur des croisements avec de nombreuses références littéraires, chaque film propose un réenchantement du quotidien peuplé d'apparitions qui animent un patrimoine à la fois réel et invisible (celui de Saint-Nazaire et ses alentours). Ce cinéma permet de croiser la variété des pratiques des artistes du PCP et de développer la création artistique d'une nouvelle manière : œuvres dans les films, performances, etc. Le travail est lancé pour réaliser le troisième court-métrage de la série qui sera diffusé lors du Festival Instants Fertiles #3 au mois de novembre prochain (du 12 au 15) à Saint-Nazaire. Il sera projeté en compagnie de deux autres films de Jean-Louis Vincendeau lors d'une séance cinéma durant laquelle les musiciens seront aussi en direct ainsi que la présentation publique des sculptures de Daniel et de Gwladys. C'est pour le PCP une série de réalisations de court-métrages cinéma qui commence, permettant de créer une véritable synergie collective au sein du PCP par la collaboration entre artistes, mais aussi au-delà, par la rencontre avec d'autres lieux, environnements et lieux, et surtout des nazairiens dans leurs contextes et histoires. La réalisation cinématographique sous cette forme, et grâce à Jean-Louis Vincendeau et l'équipe de Donner Lieu et Imediagin (Catherine Gaucher, Luc Babin), mobilise la croisée des pratiques artistiques, chacun des artistes du PCP logeant sa singularité et la proposant en complément des autres pour la réalisation cinématographique.



Ce court-métrage est une lecture libre et décalée du patrimoine immatériel de Saint-Nazaire : certains endroits très connus et d’autres beaucoup moins sont le cadre et le prétexte à des séquences oniriques ou évocatrices. Certains personnages passés ou actuels apparaissent dans la plus grande subjectivité et participent à la fête. « Guillemette et le Picatrix » participe d’une série de courts-métrages sous le générique de « La Caverne des Métaphores », qui explore les facettes multiples de ce patrimoine et tisse des histoires tramées et visitées par ces personnages incarnés par des nazairiens. Rencontrés dans le quotidien, ceux-ci sont invités pour l’occasion et apportent leurs propres singularités.

Le rôle de Guillemette se situe « du côté de la vie » avec un passage par la magie et le rêve, passage important pour constituer le terreau « bénéfique » où il lui sera possible de puiser pour traverser dans la suite de sa vie des moments plus délicats…

Guillemette est donc le fil conducteur de ce parcours subjectif, c’est une petite fille très vive, née avec « le sens des étoiles » que l’on voit pour la première fois en robe noire au bord de l’étang de la Belle Hautière. Elle bricole sa propre magie dans une roulotte aménagée à l’image de son univers. Certains événements se déroulent autour d’elle sans que l’on sache si elle y est pour quelque chose.

Elle croise par exemple une déambulation autour de l’étang avec des pancartes en latin qu’elle ne comprend pas. Un détective nommé Anchise surveille le tout en se cachant derrière les arbres, il est surpris par le sosie de Monsieur Hulot qui déboule à contre-sens du défilé. Rencontres moins fortuites qu’il n’y paraît malgré tout. On revoit Guillemette avec un petit panier dans les bois, elle cueille des herbes spéciales ; des enfants torse nus l’observent et lui lance des cailloux la traitant de sorcière : elle n’a pas peur … Dans le hangar de l’association « Les Vieux Gréements » une coque de bateau, le « Féroé » en cours de restauration, prétexte à la rencontre entre Guillemette et « son grand-père » Louis Oury : « dis-moi Pépé c’est quoi les prolos ? ».

C’est en effet toute une constellation de personnages et de lieux que Guillemette convoque à ce voyage de l’enfance dans un Saint-Nazaire redécouvert et dévoilé. Ce sont aussi des musiques, certaines spécialement composées ou arrangées pour ce court-métrage, notamment un quatuor de Jérôme Joy. Réalisé avec plusieurs artistes de Saint-Nazaire et le PCP Pôle de Création Partagée, ce film engage aussi une réflexion sur la place de la création dans le monde d’aujourd’hui.



(Jean-Louis Vincendeau et Jérôme Joy)



La bande-annonce du film Princesse Bambino, second film de la série

La bande-annonce du film Chevalier de l'Oiseau Grand, premier film de la série