PCPILOTE


SITE ARCHIVES DU PROJET PILOTE ET EXPERIMENTAL — JANV 2014 / SEPT 2016 — PHASE 1 DU PCP —

Pôle de Création Partagée → phase 1 pilote → était situé 7 Chemin du Relais → à 44600 Saint-Nazaire → sous l'adresse pcp.saint-nazaire.cc → information
news l présentation l projets l artistes l jardin l facebook l soutiens l liens l contact      l home l          l apo33.org l snalis.org





Les projets et les réalisations

juillet 2014 - session ALOTOF au PCP



8-15 Juillet 2014:
ALOTOF + SUMMERLAB ALOTOF: A Laboratory On The Open Field (projet EU avec ECOS Nantes, OKNO Belgique, Yo-Yo Tchéquie, NADINE VZW Belgique)
http://alotof.org/http://www.ecosnantes.org/?page_id=55http://ecosnantes.org/serre-hoche/doku.php?id=arts_et_mediashttp://alotof.org/w/ALOTOF-NANTES_ST_NAZAIRE_SUMMERCAMPS -
• 8-15 Juillet: ALOTOF au PCP
• 19-20 Juillet: Germination forum around urban agriculture, urban processes and alternatives (ECOS Nantes)

Un laboratoire est un lieu qui offre des conditions dans lesquelles la recherche, l’expérimentation et la mesure peut être effectuée. Il existe de nombreuses formes de laboratoires, des laboratoires scientifiques aux laboratoires clandestins, etc. Alors que pourrait-être un laboratoire en art et écologie ? que pourrait-il offrir ?



Jean-François Rolez / Dominique Leroy / Summerlab Nantes & Caravan-lab_PCP St Nazaire :
Along the workshop at PCP : a workshop on making autonomous modules (with Olimex or cubiboard, sensors, solar panels …) by Dominique Leroy and Jeff Rolez. http://alotof.org/w/Ecos-caravan-lab

Fabrice Gallis / Radio test CLANS/ST NAZAIRE :
Fabrice Gallis proposes to test an experimental radio connection between the village of CLANS and St Nazaire PCP. http://alotof.org/w/Islands

Guy Van Belle :
ALOTOF (A Laboratory On The Open Field) YoYo ?

Annemie Maes :
Open structures warre beehive ? Open green ?

Luc Kerléo :
Velosynth - A diy velomobile (an horizontal and with-fairing tricycle) capturing and disseminating sound and images. http://alotof.org/w/AlotofVelosynth

Allofalotof :
“the garden as a place for experimentation” Videos shared !





dom_alotof_1.jpg dom_alotof_2.jpg dom_alotof_3.jpg dom_alotof_4.jpg





alotof_2.jpg

ASCII

alotof_4.jpg

2014-07-08-b.jpg

alotof_5.jpg dom_alotof_antenne1.jpg





avril-mai 2015 - ALOTOF-CONVERGENCE

(n+1) Portraits sur le motif

On pourrait dessiner des histoires partagées, documenter des présences fictionnelles, faire des croquis d'artistes au travail. Ce serait comme des portraits sur le motif, stop motion de projets artistiques en cours, insaisissables ; des zones de travail en arborescence, infiltrant le réel comme par contagion.

ALOTOF, ça commence à faire beaucoup d'artistes, réseau de projets eux-mêmes conçus aux formats rhizomatiques, identités plurielles et hors frontières.

ECOS, embarqué dans ce laboratoire pluriel, engage divers projets de recherche aux champs d'exploration si ouverts qu'on ne peut pas en saisir d’unité mais des dimensions, et des directions mouvantes, des lignes qui débordent ; des multiplicités de projets qui évoluent en traversant ce laboratoire pluriel. On y fabrique ses propres objets de travail, par infiltration aux contextes investis, où la transmission se mêle à la diffusion, où les temps de partage sont des temps de création. Le déjeuner sur l'herbe[12] - processus socio-actif qui associe les habitants d'un quartier à la fabrication d'unités mobiles multifonctionnelles de pique-nique, de jardinage, d'ateliers de cuisine pour des temps conviviaux comme des balades-cueillettes dans la ville - lors de ses diverses occurrences durant deux années, a pu activer des outils ou des notices de réappropriation avec le pari de “faire participer” des usagers déjà devenus co-constructeurs des utopies ainsi esquissées.

Les espaces de rencontres artistiques proposés sont à ce titre déroutants : s'y fabrique un atelier éphémère d'activités spécialisées (ou artistiques) où s'échangent des outils, où se partage et s'invente du commun - souvent technologique ; ces temps de laboratoire comme des expérimentations assumées, déjà actives, embarquent partenaires, artistes, participants. Et qu'est-ce qui s'y traverse? Autant de projets en genèse, kaléidoscopies d'un réel troué de promesses, sorte d'inversion du concept élargi de l'art, ou l'un de ses héritages…

Le projet Entomosolar [13] présenté lors de Posedy[14] - évènement public de cabanes de chasses réinvesties par des propositions artistiques lors de l'été 2014 en République Tchèque - a pu troubler en entretenant le doute d'une diffusion de sons synthétiques de sauterelles redoublant celui des véritables sauterelles actives dans l'environnement. Cette sorte de dédoublement questionne la posture artistique et son degré de réappropriation, d'esthétisation par retournement, où l'utopie de l'art ne fait qu'emprunter… Bee monitoring project [15], à ce titre, calque l'écosystème de la vie des abeilles pour de véritables projets de sculptures vivantes où captation et transmission s'interconnectent, les données scientifiques se poétisent. Des artistes générateurs, des invités, des protocoles par dérive, on aperçoit les effets politiques d'une telle praxis artistique qui implique les dimensions sociales et politiques des contextes investis. Les trames des projets hors frontières, le contexte comme terrain d'activité artistique, engagent le réel dans le champ de l'art jusqu'à s'y méprendre.

Des expéditions en mer qui préparent un débarquement sur l'île fantasmée du projet Island[16] , les traversées cartographiques de Default [17] suivant les longitudes aléatoires, la course du soleil reprise dans une faille rocheuse comme un Refrain [18] , la construction du vélo-mobile Velosynth [19] jusqu'au prototypage partagé avec une communauté d'inventeurs et de bricoleurs attentifs au renouveau des modes de transports, ou celle d'un atelier nomade (n)A [20] conçu selon les potentiels du contexte de sa construction, et de nombreux dispositifs collaboratifs encore, impliquent de façon active artistes et participants sur la scène du monde ; autant de processus qui explosent les frontières et enchevêtrent les lignes de création propres à de tels openfields. ECOS comme divers partenaires d'ALOTOF appuient ses recherches artistiques sur les questions d'autonomie, d'écologie, d'échanges, de partage et de réappropriation (DIY), notamment par des temps de workshops à Valldaura, Hranice, Bruxelles où le réseau d'artistes croise divers modes de réappropriation (peer to peer, greenfablab). Les actions artistiques comme celles des embarcations du projet Island créent des équipes de recherches où les rencontres créent la méthode. Comme la paysagiste Cécile Mercat, avec Uni-de-uni [21] qui souligne des usages potentiels d'espaces urbains désinvestis et transforme par là même une vision de l'espace public par sa simple traversée, les artistes pratiquent des formes de prospectives par l'implication de participants aux divers projets.

Les recherches des artistes d'ALOTOF sont aussi techniques et technologiques, elles partagent cette sorte de pensée sauvage, hybridation de bricoleurs et d'ingénieurs. Les ateliers de production ressemblent à des performances au grand air où se remet en jeu le rapport des artistes à l'autonomie - par des méthodes composites - sans s'abstraire des questions économiques ni écologiques. C'est bien une résolution esthétique à ces questions prégnantes que les artistes des réseaux ALOTOF assument et développent, héritiers des mouvements artistiques érigeant la vie au rang de l'art. Plusieurs projets captent des variables environnementales, données réinvesties par diverses ingénieries pour rejouer le réel, le redoubler. Une poétique naît ainsi de tels processus de travail qui étirent le temps de création, les projets tiennent de l'aventure ou de la vie des artistes et débordent de leur temps de production et de monstration ; ils auto-génèrent ou deviennent des relais, des passeurs… Par contagion, le réel s'innerve de traversées esthétiques projectives, on peut y voir s'inventer une sorte de démocratie contributive.

Loin d'un laboratoire reclus dans un coin du monde, ALOTOF et ses émergences proposent une plateforme de production collective collaborative, une expérience ouverte qui ne cesse de rappeler : “il n'y a pas de monde commun, il faut le composer”. Marina Pirot, mars 2015

avril-mai 2016 - ALOTOF-CONVERGENCE

  • En cours.